Gataca, la suite du Syndrôme E, un thriller de Frank Thilliez

gataca, suite du syndrome E, Frank ThilliezEnfin ! J’ai enfin lu Gataca ! Et si j’ai attendu quelques jours après la fermeture du livre (histoire de laisser décanter un peu les sentiments que m’ont inspirés cette lecture), mes souvenirs en sont très vivants.

Si je devais en dire un mot ? “Waouh” !

De quoi parle “Gataca” ?

Présentation de l’éditeur :

Une jeune spécialiste de l’évolution est retrouvée morte dans l’une des cages d’un laboratoire qui étudie les primates…

Dans une grotte datant du paléolithique, on découvre un groupe de Néandertaliens massacrés, selon les vestiges, par des hommes de Cro-Magnon, leurs successeurs dans la généalogie humaine.

Quel rapport entre ces faits éloignés de 40 000 ans? La clé est dans ces lettres : GATACA

Ce que j’en ai pensé :

Je trépignais un peu (joli euphémisme n’est-ce-pas ?) d’impatience suite à la lecture du monumental “Syndrome [E]”. Il faut dire que la fin titillait ma curiosité et surtout mon envie de lire la suite.. J’ai tout de même décidé de patienter un peu afin de laisser décanter la première intrigue, avant de me lancer dans la lecture du second tome de ce dyptique.

Une bonne idée rien que pour la joie que m’a procuré ma nouvelle rencontre avec Lucie Hennebelle, même si il s’est passé des choses mauvaises dans sa vie (souvenez-vous de la disparition des jumelles). On apprends d’ailleurs finalement ce qui s’est passé et on suit une Lucie qui a changé de vie et cherche à se reconstruire.

Mais ce n’est pas en changeant de job qu’elle va trouver la rédemption. Ce sera en enquêtant avec Frank Sharko, qu’elle va y arriver, même si c’est assez mal parti. Nos deux flics vont en effet partir à la recherche de l’origine de la violence, une quête millénaire qui n’a jamais vraiment trouvé de réponse.

Une enquête palpitante et flippante qui permet au lecteur d’avaler les pages sans temps morts ou signes d’ennui. C’est dense, cruel, très bien documenté, pédagogique quand il faut mais surtout inquiétant.

Vous l’aurez compris, l’ambiance est oppressante et assez particulière. Frank Thilliez joue en effet avec brio avec nos peurs et nos angoisses… Nous mettant face à un scénario parfois horrible mais plausible, ce qui est encore pire. Il nous emmène très loin avec sa plume si bien que l’on achève cette aventure le souffle court.

Les personnages restent crédibles et attachants. Leurs blessures, affects et sentiments sont passés au crible et le lecteur ne peut s’empêcher de souffrir pour eux, de partager leur détresse… Lucie, Sharko je vous aime !

En conclusion :
Gataca est une lecture dont on ne sort pas indemne et que l’on continue à ruminer longtemps après avoir refermé le livre. J’ai adoré..

Et vous, avez-vous lu Gataca ? Qu’en avez-vous pensé ?

Vous avez aimé ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *